Option Timmuzgha


1 e r Yennayer 2957 /
13 Janvier 2007.
Présentation:

Option Timmuzgha
Présentation :
Le groupe « Option Timmuzgha » a tenu plusieurs réunions pour examiner la situation de
l’amazighité dans son rapport avec la société et l’Etat dont le comportement révèle de la
contradiction entre discours et pratique. Cette ambivalence, érigée en système de
gouvernement à l’égard de l’amazighité, n’a pas manqué d’avoir des répercussions négatives
sur la société, comme elle a été et demeure à l’origine de tensions entre le Mouvement
Amazigh, attaché à ses droits identitaires et l’Etat dont les institutions ne reconnaissent pas
l’existence juridique de ces droits. Le groupe s’est ainsi attaché à analyser les origines de
cette exclusion caractérisée et à dévoiler les mécanismes qui l’ont préparée et accompagnée à
travers plusieurs étapes qui s’étalent sur près d’un siècle. Il montre comment on est passé du
Traité de Protectorat de 1912 qui légitimait l’occupation étrangère du pays ; au consensus de
1934 pour mettre sur la scène politique des interlocuteurs choisis parmi les couches favorables
à ce Traité ; aux arrangements de 1955 à Aix-Les-Bains qui ont débouché, en 1956, sur une
indépendance au profit des élites issues de la bourgeoisie citadine qui s’accommodait de la
destruction des structures socioculturelles, économiques et politiques amazighes, confrontées
à une guerre impitoyable de 1912 à 1933. Les travaux du groupe ont abouti à cette synthèse
intitulée: « la Plate-forme de l’Option Timmuzgha ». Elle est destinée à toutes les
composantes du Mouvement Amazigh, pour en prendre connaissance et en discuter le
contenu. Le document se veut une invitation à la réflexion, sur un siècle de souffrances subies
par l’amazighité sous le protectorat (de 1912 à 1955), et durant les 50 années (1956-2006)
d’une indépendance qui a reconduit les pratiques et les lois du système du Protectorat à
l’égard des « berbères », tel qu’il a été élaboré par Lyautey.
Durant l’occupation, le Protectorat a appauvri les Imazighen en les dépossédant de la
souveraineté sur leurs biens collectifs, moyens séculaires de leur subsistance. A l’ombre de
l’Etat indépendant, ils ont, en outre, perdu l’initiative de décider du choix de leur langue, de
leur culture et de leur identité. Aujourd’hui, en dépit de la langue de bois officielle qui
véhicule un discours riche en illusions, le bilan sur l’état réel de l’amazighité, dressé par les
institutions officielles, elles-mêmes, est accablant.
En effet, le dernier recensement général de la population indique, avec toutes les réserves que
suscitent les chiffres officiels, que 28% de marocains, seulement, utilisent la langue amazighe
dans leur vie courante, contre 34% 10 ans auparavant. Cette usure de l’entité amazighe n’est
nullement le résultat d’une évolution naturelle, mais celui d’une action politique délibérée,
dont les fondements idéologiques ont été posés par des personnalités bien connues pour leurs
mépris affiché de tout ce qui est amazigh, comme en témoigne leur discours exclusif dont
voici des extraits qui expriment, avec force, leur pensée et leurs sentiments envers
l’amazighité :
-A la question du journaliste français Jean Lacouture au sujet de la réalité du problème
« berbère » au Maroc, sur fond des événements du Sud-est de 1957 et du soulèvement du Rif
de 1958, contre le despotisme du parti de Istiqlal, Mehdi ben Baraka répondit : « le prétendu
problème berbère n’est qu’un résidu de la politique culturelle du protectorat. Il est le produit
de ces écoles de notables réservées à une oligarchie urbaine et bien pensante. Le berbère est
simplement, un homme qui n’est pas allé à l’école ».
Quant à la méthode pour débarrasser « l’homme berbère de son berbérisme », Abd El Jabrid’ailleurs
fier de ses origines arabes Quraychites et de son titre de chérif, attesté par une
1
généalogie digne de foi, pour reprendre ses propres termes – indique dans son livre:
«éclairages sur le problème de l’enseignement au Maroc » une recette, digne des fascistes,
pour arabiser les berbères. Il affirme dans un ton péremptoire : « L’opération d’arabisation
globale ne doit pas viser uniquement la disparition du français en tant que langue de
civilisation, de culture et de communication, mais également –et ceci est d’une importance
capitale- la liquidation des dialectes berbères » .
Se rendant compte que la mission n’était pas aussi aisée, Allal El Fassi intervient dans le
débat suscité, à l’époque, par le piétinement de l’arabisation. Il écrit en 1965 dans la revue
qu’éditait le Bureau de Coordination de l’Arabisation à Rabat : « C’est avant tout, à nos
illustres ancêtres arabes que je fais le reproche d’avoir légué à notre patrie des problèmes
sociologiques qu’il ne nous est pas possible d’ignorer si nous voulons diagnostiquer le mal
dont nous souffrons et lui trouver le remède adéquat. Au lieu de parfaire la transmission du
message sacré dont ils étaient porteurs au nom de l’islam et de l’arabité, ils se sont mis à se
disputer le butin et les postes de commandement».
Dans l’euphorie de la victoire, après le retour au pouvoir des descendants du Bloc de 1934,
traditionnellement hostile à l’amazighité du Maroc, Abdelhadi Tazi annonce devant ses frères
arabes d’Orient à l’occasion de la conférence de l’Union des Académies de la langue arabe,
tenue à Rabat en novembre 1984 : « Si je devais résumer la réussite accomplie dans le
domaine de l’arabisation durant le dernier quart de siècle de la vie du Maroc moderne, je
conclurai par ces quelques mots : le progrès réalisé par le Royaume du Maroc depuis le retour
de Mohamed V de son exil, dépasse de loin ce qui a été accompli durant des siècles de
l’histoire du Maroc, depuis sa conquête par Oqba Ibn Nafi’e »
Ce sont là des positions claires qui affichent avec arrogance, leur hostilité à toute présence de
l’amazighité dans son propre pays. Leurs auteurs sont des personnalités qui font autorité,
parmi l’élite panarabiste, dans la définition des normes de l’identité nationale et dans le choix
des orientations politiques, culturelles et éducatives de l’Etat. Ils parlent du Maroc comme
d’une possession coloniale arabe et un trophée de guerre qu’elles ont décidé d’annexer à
l’Orient arabe après l’avoir arraché à l’empire colonial français.
Aujourd’hui, leurs disciples, qui participent à l’exercice du pouvoir, s’accaparent les
institutions de l’Etat, avec tous leurs moyens humains, matériels, juridiques et politiques, pour
anéantir, au nom de l’idéologie arabiste, les derniers vestiges de l’amazighité du Maroc. Leur
hégémonie dans les secteurs de l’éducation, de la culture et de la communication constitue un
colonialisme culturel arabe imposé au Maroc.
Face à ces réalités qui agressent les consciences et insultent l’intelligence de millions de
citoyens qui, eux aussi, ont une langue, une identité, une terre, et des ancêtres… se pose la
responsabilité historique du Mouvement Amazigh. Il n’a d’autre alternative que celle de se
mobiliser pour un combat politique qui mettrait la question amazighe au centre d’un débat
national pour un nouveau contrat social qui renouerait les fils de l’histoire et permettrait ainsi
au présent de retrouver ses racines authentiques. L’histoire du Maroc est là pour en témoigner.
A la lumière de siècles de vie commune entre les différentes composantes de la société, seules
les valeurs amazighes ont prouvé leurs capacités à assurer, dans la dignité, l’intégration
sociale de tous les citoyens, indépendamment de leurs spécificités ethniques, linguistiques ou
religieuses.

1 e r Yennayer 2957 / 13 Janvier 2007.

Le Groupe de l’Option Timmuzgha :

– Dr.El Houssain Abdelmalek Oussadden
-Mohamed Boudhan
-Hassan Ben Hakeiya :
– Mohamed Ajaajaa
-Mimoun Irhraz
-Ali Bougrine :
-Ali Khadaoui
-Mohamed Oudades :
-Mohamed El Kabiri :
-Youssef Agouri :
-Ibrahim Fouguig
-Mohamed Mounib :Homme libre

Publicités

Une réflexion sur “Option Timmuzgha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s