L’Algérie 1830-1962 Une passion française


En juillet 1830, quelques jours après que les troupes françaises du général de Bourmont sont entrées dans Alger, Charles X déclare : « Pour prendre Alger, je n’ai consulté que la dignité de la France; pour la garder ou la rendre, je ne consulterai que son intérêt ». Cent trente et un ans plus tard, le président de Gaulle, successeur lointain du roi affirme : « L’ Algérie nous coûte plus cher qu’elle ne nous rapporte (…) La décolonisation est notre intérêt, et par conséquent notre politique. »Jusqu’en 1961, la question n’a guère changé : que faire de l’ Algérie ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s